RIVIERE SALEE

Présentation de la mangrove

L’idée de sauver cette mangrove de Rivière Salée et de ses abords s’est concrétisée en 2006 compte tenu de l’urgence de la situation : 40 ans de pollution et d’espèces invasives au détriment de la faune locale qui a pratiquement disparue (les périophtalmes, crabes et divers poissons).

Le premier nettoyage d’une partie de cette mangrove a pu se faire grâce à une rencontre entre l'ASNNC (Association pour la Sauvegarde de la Nature Néo-Calédonienne ) avec une association de quartier" Les Gaïacs" et de jeunes bénévoles très motivés ainsi que des riverains.

 

De cette rencontre est né le projet "SOS Mangrove RS", tant environnemental que social, en effet le but est de faire participer un maximum par le volontariat les jeunes déscolarisés du quartier des Gaïacs pour leur redonner l'envie de partiicper et les valoriser pour le travail accompli, en effet ce projet n'aurait pu être mené à bien sans les 2 parties, nous sommes complémentaires. 

 

Nous nous sommes donnés 10 ans pour essayer de réaliser cet énorme  travail de réhabilitation avec l'espoir de le développer et de le faire porter par d'autres associations  à l'échelle du pays car toutes les mangroves ont besoin de protection, elles font partie de l'identité du pays et ont permis depuis des décennies de développer des savoirs culturels qu'il faut à tout prix protéger.

De 93 ha en 1943, il ne reste  qu' une mangrove de fond de baie de 31 hectares complètement enclavée par une urbanisation galopante d’où une pollution massive (tant industrielle que par les particuliers), les études de courantologie, les nettoyages réguliers, l’éradication d’espèces envahissantes et la réflexion pour freiner cette pollution sont fait dans le but de préserver la faune et la flore qui arrive à survivre tant bien que mal mais qui disparaîtra d’ici quelques années si nous ne restons que spectateurs.

Vue aérienne de la mangrove de Rivière Salée
Vue aérienne de la mangrove de Rivière Salée

 La mangrove enclavée entre La Rivière Salée, le 6ème km et le  peu d'accès restant à la mer. 

épervier endémique à ventre blanc (SCO)
épervier endémique à ventre blanc (SCO)

La richesse de la faune, 46 espèces d’oiseaux dont certaines en voie de disparition (le blongios nain), son emplacement intra-muros en font une mangrove très particulière mais aussi très menacée et cet état de fait nous a fait réaliser le potentiel que nous pouvions en tirer tant sur le plan environnemental que pédagogique en sensibilisant la population, en travaillant en concertation avec elle pour l’ aider à découvrir son environnement proche et apprendre à vivre avec tout en le protégeant dans le futur.

 

(photo SCO : épervier à ventre blanc calédonien)

Quelques oiseaux de la mangrove de Rivière Salée

aigrettes à face blanche au repos dans la lagune de Rivère Salée
aigrettes à face blanche au repos dans la lagune de Rivère Salée

Nos objectifs

Les objectifs de ce projet à long terme  :

  • Réhabiliter cette zone particulièrement sauvage et fragile, la seule sur Nouméa avec une surface aussi grande pour la sauvegarde des espèces qui y vivent,
  • Faire de ce lieu une promenade autant à but pédagogique que de détente,
  • Créer une zone préservée en pleine urbanisation,
  • Sensibiliser  les populations locales riveraines de cette mangrove
  • Impliquer les populations dans la gestion future de cet endroit : création d’emplois et de formation pour les jeunes du quartier de préférence

Notre projet, nos actions


Journées Mondiales de l'Environnement 2010

Les problèmes de pollution

Une surveillance du site, un nettoyage régulier ainsi qu'un draguage des boues est nécessaire pour maintenir cet écosystème en bon état, les traces de la pollution sont très vite visibles au bout de quelques mois sans entretien. Régulièrement, nous nous trouvons confronté à un spectacle désolant (voir diapo ci-dessous) notrre mangrove est toujours considérée come un dépotoir, notre présence constante sur le site permet malgré tout de limiter les dégâts qui seraient beaucoup plus importants sans surveillance, une partie majeure de notre travail.

La priorité est avant tout une épuration massive en ciblant les différentes pollutions, un nettoyage intensif et par la suite une plantation de jeunes palétuviers dans les zones dévastés (abattages sauvages et cyclones) ainsi que la mise en place d’un observatoire sur les bords de la mangrove accompagné de différentes actions complémentaires pour sa protection à long terme.

 

 

 

 

Dégradation, déchets et espèces envahissantes

A ce jour, une surveillance constante de la mangrove est nécessaire compte tenu des dégradations régulières qu'elle subit de la part de gens malveillants et irresponsables , heureusement, les jeunes du quartier du 6ème km s'investissent pour essayer de remédier à cet état déplorable.mais depuis plusieurs mois nous sommes confrontés à un saccage volontaire d'une partie de la mangrove dû à la création de nouveaux passages sans aucun respect pour la faune et la flore, la population a toujours traversé cette mangrove sans la détruire jusqu'à présent  mais cette fois nous sommes découragés après avoir contacté les instances responsables pour constater sur le site, nous ne voyons pas de solution possibles dans l'immédiat car  les interventions nécéssaires dépassent nos compétences qui sont très limitées mais le temps presse , si aucune prise en compte n'est faite rapidement, d'ici quelques années cette mangrove aura disparu !.

La nouvelle équipe "Espèces Envahisantes"

Essai d'éradication des tortues de Floride

L'éradication des tortues de Floride est maintenant devenue une priorité, nous sommes confrontés à une invasion déjà depuis  plus de 10 ans, ce  qui a déjà mis en péril la faune endémique de cette mangrove.

 

Nous sommes les premiers a tenté de contrôler cette espèce envahissante, l'ASNNC  partenaire du Groupe Espèces Envahissantes (GEE) avec l'aide financière de la DAFE et de 2 stagiaires en BTS GPN du lycée de Pouembout, a pu travaillé plusieurs mois en 2012 sur cette espèce, nous n'avons aucune donnée sur son habitat, sa reproduction, son alimentation dans notre pays , il nous est  très difficile  de cerner  ce problème, nous avançons par différentes  tentatives, en relation avec l'association "Eosys Conservation", nos observations depuis plus de 2 ans nous ont permis de la connaitre un peu plus mais nous sommes toujours dans l'inconnu. et l'invasion s'accentue sur tout le territoire, l'ASNNC avait tiré la sonnette d'alarme depuis 2000  mais à l'époque personne n'a voulu réagir, il est peut-être déjà trop tard !

Clean up the world

Nettoyons la terre

Dans le cadre de la campagne mondiale « Clean Up the Word », l’ASNNC met en place l’ « Opération Nouvelle-Calédonie propre » depuis 18 ans qui permet de récolter tous les ans plusieurs tonnes de déchets sur tout le territoire. Cette opération a pour objectif de sensibiliser le grand public  sur l'importance de la préservation de notre environnement par une sensibilisation à tous les niveaux. De ce fait, depuis le début de « SOS Mangrove R.Salée »,   l’opération de nettoyage de la mangrove à Rivière-Salée permet entre autre un nettoyage de plus en plus en profondeur et la possibilité à chaque fois de générer une dynamique chez les jeunes du quartier qui se continue d’année en année comme cette fois où pour 2011, encore une centaine de sacs de 100 litres de déchets ( boites, bouteilles, objets ménagers, écrans, pneus, etc) ont été retirés de part et d’autre de la mangrove avec une participation de 80 à 100 personnes de 8h à 14h ainsi que l’occasion de faire un atelier de sensibilisation pour les plus jeunes et de fêter les 40 ans de l'ASNNC ! 

Colloque France Nature Environnement "Biodiversité et développement"

Enjeu crucial pour nos Outre-Mer

Nous avons eu la chance d'être invité à participer par la Fédération française des associations de protection de la nature de l'environnement à un colloque les 5 et 6 décembre 2011 au Palais d'I'Iéna à Paris, une présentation de nos problèmes liés à la dégradation de notre environnement, quelques jours d'échanges très sympathiques, entichissants, avec les autres territoires ultramarins, de nombreux contacts et un nouveau réseau internet " FNE outremer"

2012 environnement et sport

Un week-end sympa avec une rencontre sportive à la RIivière Salée et toujours une sensibilisation par les jeunes de PK6 sur la protection de notre mangrove.

Curage des canaux de la mangrove

Début 2010, la Mairie de Nouméa entreprend le curage des canaux autour de la mangrove rendu nécessaire tous les 2 ans avec le nombre croissant de pollution qui se déverse par les différents collecteurs, de nombreux immeubles se sont construits aux abords de cette mangrove, augmentant le volume de rejets incontrôlés,une petite bouffée "d'oxygène" pour la faune et la flore !!

Un travail de bagnards !!

Pendant que nos jeunes du quartier  essayent  de préserver au maximum cet écosystème, d'autres désoeuvrés ne trouvent rien de mieux que de la détruire !!

Un nettoyage nécessaire des abords de la mangrove  par une équipe de jeunes de l'association de quartier "Les Gaïacs", très engagés dans la préservation de ce site. Eradication des espèces végétales envahissantes ( 4 espèces de lianes) particulièrement difficiles à éliminer et qui menacent continuellement les grands palétuviers ainsi que la végétation telle que les fougères ,etc.

Help, la mangrove de R.Salée toujours très menacée !

La mangrove de Rivère Salée en grand danger de disparition, depuis début mai 2012, les grands palétuviers sont massacrés par une bande de jeunes désoeuvrés de la Rivière Salée avec l'idée d'y installer des cabanes, les nouveaux squats de la mangrove jusqu'à présent épargnée par cette gangrène tolérée !. 

 

Chaque institution dont dépend la compétence de ce site se renvoie la balle pandant ce temps là le massacre continue, qui va prendre ses responsabilités ?, pauvre code de l'environnement qui a le fait d'exister mais inapplicable dans des situations de réactivité urgente !.

 

Nous attendions depuis 2 ans, la réponse de la Mairie de Nouméa pour nous aider à évacuer les vestiges des anciennes tombes du cimetière du  PK5  jetés sans scrupule dans la mangrove à une époque où personne ne pensait qu'un jour nous irions essayer de sauver de ce site, c'est enfin réglé !.

                              

 

La pollution gagne du terrain ainsi que l'abattage sauvage des palétuviers qui continue sans aucun contrôle, très dense il y a encore 4 à 5 mois, actuellement des trouées laissent apparaitrent les immeubles de la Rivière Salée à travers les palétuviers massacrés sans scrupules.

 

58 millions pour la réhabilitation de la mangrove de Magenta-Ouémo, dernièrement 23 millions pour celle de Ouano et nous Rivière Salée depuis  6 ans seulement 3 petit millions , de quoi se poser beaucoup de questions sur la volonté de nos élus !! C'est vrai que nous nous situons dans un quartier très populaire et qui fait soit-disant peur (beaucoup de jeunes déscolarisés et sans empploi), c'est pourtant un projet pays associant la jeunesse en difficulté aux problèmes de l'environnement, nous n'avons peut-être pas fait le bon choix  politique bien que nous ayons toujours refusé cette éventualité !!

Les abeilles et la mangrove

Un autre volet vient de voir le jour dans les actions sur la mangrove de Rivière Salée, nous avions repéré que les abeilles sauvages habitaient la zone où nous travaillons depuis plus de 5 ans, les nombreux avicennia leurs permettaient de trouver des fleurs à proximité, malheureusement un très gros essaim avec un gâteau de miel de plus d'un mètre de diamètre a disparu dernièrement suite à l'arrivée du cyclone Erika et aussi peut-être à la proximité de notre chantier qui les a dérangé. De ce fait, l'idée a germé de les faire revenir et de leur offrir un autre habitat, la rencontre que nous avons faite avec le documentaliste et professeur d'éco-gestion d'un lycée voisin (St Oierre Chanel à la Conception ), passionné d'apiculture, nous a permis de démarrer un projet fou; la construction de 2 ruches par les jeunes et la mise en place de celles-ci dans la mangrove. Nous en sommes qu'au stade expérimental et nous espérons pouvoir observer à nouveau ce monde merveilleux que sont les abeilles.

Restauration de la forêt sèche ASNNC/WWF/GAÏACS

La mangrove de Rivière Salée est longée par une bande de terre qui fait la limite entre elle et le cimetière, ayant auparavent abritée  une petite forêt sèche qui malheureusement a été complètement rasée par les services un peu trop entreprenant de la mairie, de ce fait compte tenu que quelques pieds ont résisté au massacre, l'idée nous est venue d'essayer de restaurer cette forêt sèche. Nous en avons parlé autour de nous et nous avons eu la joie d'avoir des réponses positives de la part du Parc Forestier et du WWF.

Donc 50 plants ont été mis en terre  avec les bénévoles du WWf, chantier très sympathique en attendant d'en faire de plus grands car il nous reste encore de quoi nous occuper pendant plusieurs mois si la mairie veut bien aussi nous aider en nettoyant la brousse qui longe la barrière du cimetière et qui renferme de nombreuses espèces envahissantes qui nous pénalisent énormément dans notre travail de gestion de ce site..

2ème chantier forêt sèche

2014 , SOS MANGROVE RS continue

Malgré quelques déboires fin 2013 où nous avons perdu notre local dans le faré des Gaïacs, repris par la mairie de Nouméa, nous permettant de stocker notre matériel de travail, nous sommes dans l'attente d'un accord des institutions pour disposer d'un container près de notre lieu de travail. Après un repos bien mérité de l'équipe pour les fêtes de fin d'année 2013 et des pluies diluviennes qui nous ont perturbées pendant plusieurs jours rendant le travail d'entretien difficile, nous avons repris le chemin de notre mangrove qui devient de plus en plus belle du côté du 6ème km, en effet la création du jardin kanak a permis de résoudre le problème des espèces envahisantes qui ont pratiquement disparu de cet endroit où les jeunes et les résidents des Gaïacs trouvent un petit coin au bord de la mangrove propice à la plantation d'espèces locales et aux rencontres.

Ensuite l'autre site dédié à la forêt sèche est une réussite totale en partenariat avec le WWF que nous espérons continuer car les 3/4 des plants sont magnifiques et la poursuite de cette replantation a déjà motivé l"équipe qui prépare le terrain pour recevoir d'autres plants.

L'énergie et la motivation sont au rendez-vous, nous préparons également une exposition sur le constat et la préservation des dernières mangroves urbaines sur la commune, zones humides où de nombreuses espèces ont trouvé refuge et nous permettent d'observer encore une vie sauvage dans la ville.

Visite de Nicolas HULOT dans la mangrove de RS

Dans le courant du mois de novembre, nous avons eu la grande surprise d'accueillir Nicolas Hulot dans notre mangrove urbaine du bout du monde, une reconnaissance pour notre travail à laquelle nous ne nous attendions pas, nous avons passé de supers moments à échanger , il a été surpris de la spécificité de cette mangrove remarquable qui lutte toujours pour sa survie, nous espérons que son intervention pourra faire bouger quelques leviers qui nous permettrons de pouvoir continuer à avancer dans de bonnes conditions !

CANAL DE RIVIERE SALEE

Une participation bien agréable de la part des moniteurs d'auto-école travaillant sur le site longeant le Canal de Rivière Salée reliant la mangrove  à la mer. En effet, ceux-ci se sont aperçus de la stagnation de nombreux déchets dans les palétuviers qui repoussent formidablement à cet endroit et ont décidé de faire une action de nettoyage. Ils nous ont contacté et le nettoyage s'est opéré le samedi après - midi vers 16h30 avec plusieurs moniteurs. Un moment convivial avec  des échanges intéressants et qui nous a permis de retirer 11 sacs de 100 litres de déchets, il en reste encore, la marée étant haute, nous n'avons  pu accéder complètement donc une 2ème petite opération sera nécessaire. Cet endroit possède un intérêt primordial pour nous de part la réhabilitation qui se fait ,naturellement, 4 espèces de palétuviers issus de la mangrove toute proche ont repris en grande quantité offrant à de nombreux oiseaux des abris et niches pour se reproduire. A nous de les aider pour que cela continue !!

2015 mauvaise année pour la mangrove de RS

De nombreux impacts ( déchets en nombre fleurs et papiers du cimetière, pollution chimique avec peinture et désherbant,feux) ont fragilisés la mangrove pendant toute cette année malgré le travail des jeunes de K6K du 6ème km pour essayer de la protéger. 

suite des impacts

Nous avons vu mourir des grands palétuviers de 20 m de haut en quelques mois empoisonnés par les déchets chimiques issus du cimetière (peinture et désherbant) malgré tout, la bande assure toujours et reste présente sur le site, on découvre des repousses spontanées qui nous font énormément plaisir, preuve que nous ne nous sommes pas trompés sur le devenir de cette mangrove si elle est aidée !!

Des opérations de reconnaissance, de nettoyage, de sensibilisation et d’éradication d'espèces envahissantes tant végétales qu'animales (tortues de Floride), de plantation continuent depuis 2006, une enquête de courantologie complète a été faite par des cabinets d'études commandés par la Province Sud.. 

 

Ce projet pays  a été programmé sur 10 ans (2006-2016), notre  but est de poursuivre les chantiers jusqu'à  mener à terme cette réhabilitation en fonction de nos possibilités et des aides de nos  institutions afin  d'en faire profiter la population dans les années à venir et d'améliorer leur environnement ainsi que leur qualité de vie. 

 

 

Les intervenants sur ce projet :

 

        l’ASNNC, (Association pour la Sauvegarde de la Nature Néo-Calédonienne)(2006-2014)

        SOS MANGROVES NC à pris la suite du projet depuis septembre  2014

  • L'association de quartier "Gaïacs. 6K" 
  •  le service de la mer à la Direction de l’Environnement de la Province Sud pour l’enquête de courantologie,
  •  le service des milieux terrestres de la Province Sud pour l’éradication de la tortue de Floride
  • la Mairie de Nouméa
  • L'IRD (Institut de recherche pour le développement)
  • L'IAC ( Institut Agronomique Néo-Calédonien)
  • SCO (la Société Calédonienne d’Ornithologie) pour les oiseaux, 
  • l’ADCK (Agence pour le développement de la culture Kanak) avec des recherches sur les légendes de la mangrove.